Le sacrement de la confirmation

 
 
 

Cette capsule vidéo présente la confirmation en animation d'un jeu vidéo : points, énergie, connexion…


                                     

La Confirmation, comme tous les sacrements,

n’est pas l’œuvre des hommes, mais de Dieu,

qui prend soin de notre vie en nous modelant à l’image de son Fils,

pour nous rendre capables d’aimer comme lui. (Pape François)

 

Les livres de l’Ancien Testament racontent qu’autrefois les rois d’Israël étaient oints avec de l’huile d’olive, un rite qui les consacrait au service du peuple de Dieu. On appelait alors ces rois des « messies » (en hébreu) ou des « christs » (en grec), ce qui veut simplement dire « ceux qui ont reçu l’onction ».

Les Apôtres donnèrent ce titre à Jésus, car il remplaçait les anciens rois. Il était venu proclamer et inaugurer un nouveau Royaume, le Royaume de Dieu, un Royaume « de justice, de paix et de joie » (Rom 14,17). Jésus est le Christ.

Avec Jésus, tous ses disciples sont appelés à proclamer et faire grandir autour d’eux le Royaume de Dieu, un Royaume « de justice, de paix et de joie ». Si Jésus porte le nom de Christ, nous portons le nom de Chrétien.

Aussi, dès les premiers siècles de l’Église, on commença à joindre au baptême avec de l’eau un deuxième geste, l’onction avec de l’huile d’olive. Cette onction, on l’appelle confirmation ou chrismation. L’huile d’olive, consacrée par l’évêque, s’appelle le saint chrême. Remarquez comment ces mots – chrétien, chrismation, chrême – commencent tous comme le mot Christ. Ils veulent souligner notre relation profonde avec le Christ, Jésus.

Dans les Églises orientales catholiques, on continue aujourd’hui à oindre les petits enfants au moment de leur baptême : ils sont confirmés immédiatement après leur baptême.

Mais dans l’Église catholique romaine, la pratique a dissocié ces deux sacrements dans le temps, de sorte que la confirmation est célébrée plus tard dans la vie. Mais son sens ne change pas : si dans le baptême je découvre mon identité en Jésus, dans la confirmation je découvre ma mission : faire grandir autour de moi la justice, la paix et la joie.

 

Chaque diocèse a développé ses propres traditions autour de ce sacrement.

Dans l’archidiocèse de Gatineau, ceux et celles qui ont été baptisés en bas âge sont invités à se présenter pour la confirmation après l’âge de 16 ans. La grande majorité des confirmands (les candidats et candidates à la confirmation) attendent d’être adultes. Plusieurs découvrent que la confirmation est requise pour être parrain ou marraine de baptême, ou pour célébrer le sacrement du mariage : ils demandent donc la confirmation à ce moment.

Quelle que soit la situation, la communauté chrétienne qui célèbre la confirmation veut entourer tous les confirmands de leurs soins, en priant pour eux, en les aidant en bien comprendre le sens de leur démarche, en leur préparant une célébration signifiante et joyeuse et en les accompagnant alors qu’ils s’engagent avec Jésus dans sa mission.

Pour plus d’information au sujet de la confirmation de ceux et celles qui ont été baptisés en bas âge, cliquez ici.

 

Par ailleurs, les grands enfants, les jeunes et les adultes qui demandent le baptême découvriront que la célébration de la confirmation y sera intégrée.

Pour les grands enfants, vous trouverez de l’information sur le Rite de l’initiation des enfants en âge de scolarité en cliquant ici.

Pour les jeunes et les adultes, vous trouverez de l’information sur le Rite de l’initiation chrétienne des adultes en cliquant ici.

                                                              
 
 

(site de référence :/Capsule vidéo : Diocèse de Saint-Jérôme avec la collaboration de l'OCQ. Réalisation : Sophie Paquette, Annie Poirier, Geneviève Poirier  )

(sites de référence :/http://www.vatican.va/archive/FRA0013/_INDEX.HTM