Retour
Previous Next

5ème Dimanche de Carême

Publié le : 2017-04-01 a 00h00 | Catégorie : Diocèse

LE PASSAGE VERS LA VIE

               Vous connaissez probablement cette phrase dite par Félix Leclerc : « c’est beau la mort, c’est plein de vie dedans ». C’est ce que nous disent les textes de ce dernier dimanche de carême. Par la bouche de son prophète Ézéchiel, Dieu dit à son peuple Israël : J’ouvrirai vos tombeaux, je vous en ferai remonter… Je mettrai en vous mon esprit et vous vivrez… C’est ce même Esprit qui, selon Paul, nous habite et donnera vie à nos corps mortels.

               Cet Esprit qui vient du Père nous vivifie, nous relève de la mort et de toutes les petites morts que nous vivons au cours de notre vie. Jésus a suivi le chemin le plus douloureux pour être fidèle au projet d’amour de son Père pour l’humanité. Et ce projet, c’est la vie éternelle pour tous ses enfants. Une vie que rien, même pas la mort, ne pourra arrêter. Le chemin, croire que Jésus Christ est le Fils de Dieu, l’Envoyé du Père.

               C’est ce qu’il démontre quand il dit à Marthe : Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu. Et à l’appel de son nom, Lazare sort de son tombeau. Cet acte dit que la mort n’est plus une fin. Que toute mort s’ouvre sur une vie transformée. Le Christ ne fait qu’un avec le Père et l’Esprit qui, par la foi, nous fait déjà goûter à cette nouvelle vie qui trouvera sa plénitude après la mort.

               Mais toute notre vie, nous vivons des morts que ce soit par des deuils, des blessures psychologiques, des traversées du désert quand la foi semble nous déserter. Ces moments sont des temps de passages de la mort à une vie transformée. Tous ces passages qui viennent nous confronter dans notre foi et dans lesquels nous devons garder l’espérance que l’Esprit de Dieu continue à souffler sur nos vies.  Notre Dieu est un Dieu fidèle qui nous a donné son Fils pour nous ouvrir un passage vers la vie en lui. Il nous envoie son Esprit pour que son souffle vienne nous réconforter dans nos peines, nous pousser vers le large quand nous hésitons et insuffler en nous la joie des enfants de Dieu.

               Gardons en nos cœurs l’espérance que nos passages difficiles, nous ne les vivons pas seul. Le Christ nous accompagnera pour nous guider vers son Père. Et rappelons-nous qu’il a dit : Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra.

 

Suzie Arsenault

Adjointe à la coordination pastorale