Retour
Previous Next

Debout! Suivons-le...

Publié le : 2017-03-02 a 00h00 | Catégorie : Diocèse

 

Nous entrons en carême cette semaine. 40 jours pour nous préparer à la fête de Pâques. Comme les 40 jours du déluge, les 40 années du peuple hébreu au désert avant d’arriver à la terre promise et finalement, les 40 jours de Jésus au désert avant le début de sa mission. C’est long quarante jours.

Dans la bible, ces jours, ces années apportent une transformation. Après tout ce temps sur l’eau, l’Arche de Noé accoste sur une terre qui a été complètement transformée. C’est un renouveau, une terre neuve. Le temps passé au désert par le peuple hébreu opère aussi une transformation. Ils ont de la difficulté, ils s’éloignent de Dieu, lui reviennent. Ils tombent et se relèvent. Tout ce temps les façonne pour que les merveilles de Dieu puissent être célébrées, chantées quand ils arrivent dans la terre promise. Et Jésus aura à vivre des tentations durant son séjour au désert. Il en sortira prêt à se mettre en marche et à commencer la mission qui le mènera jusqu’à la mort, pour notre salut.

Ces quarante jours qui commencent sont notre traversée du désert que nous avons à vivre pour nous fortifier, nous rapprocher de Dieu et devenir des êtres qui acceptent de se laisser transformer pour devenir des missionnaires sur une terre nouvelle. Le carême, c’est un peu comme nous arrêter pour faire le bilan de notre vie, pour mieux nous remettre en marche, avec toute l’expérience, les connaissances et l’assurance qui nous habitent à mi-chemin de notre existence.

Le carême c’est un temps pour apprendre à tenir bon, à ne pas se laisser tenter, à ne baisser les bras parce que ça demande plus de temps, plus d’effort. Nous y apprenons à nous tenir debout, bien ancrés dans notre foi, en acceptant que quelquefois, notre bateau prenne l’eau. Nous nous ressourçons à l’amour infini de Dieu qui nous soutient dans nos luttes et nos déserts, avec pour plus bel exemple son Fils bien-aimé.

Un temps pour dire, comme le psalmiste : rends-moi la joie d’être sauvé, que l’esprit généreux me soutienne. Seigneur ouvre mes lèvres et ma bouche publiera ta louange.  

Bon carême,

 

Suzie Arsenault

Adjointe à la coordination pastorale