Retour
Previous Next

Mgr Paul-André Durocher espère la sauvegarde du patrimoine religieux

Publié le : 2016-06-07 a 11h00 | Catégorie : Actualité

crédit photo: TC Média

Il y a quelques années, la situation financière difficile de plusieurs paroisses avait forcé la vente de certaines églises de la région qui ont été transformées par les nouveaux propriétaires.

«Depuis cinq ans, on n'a pas fermé d'église, soutient l'archevêque de Gatineau, Mgr Paul-André Durocher. Il y a des fabriques qui ont plus de difficulté que d'autres à équilibrer le budget, surtout celles qui ont des bâtiments immenses. Mais, le Fonds du patrimoine religieux leur permet de survivre.»

Mgr Durocher ne cache pas que ce fonds provincial aura contribué à la sauvegarde et à la rénovation de plusieurs églises de la région et il espère que cette aide pourra continuer, puisque le besoin est toujours présent.

Deux églises dans les dernières années ont presque changé de main. L'église de Masson est toujours sur les rangs pour trouver preneur, avoue Mgr Durocher. «On rêve de lui trouver une nouvelle vocation», reconnaît-il.

L'autre église est celle de Notre-Dame-de-Lorette dans Val-Tétreau qui intéressait une communauté ontarienne. Le tout ne s'est pas concrétisé et l'église va lancer un nouveau projet avec l'UQO pour poursuivre ses activités.

Histoire

Pour pouvoir sauver ce qui reste du patrimoine religieux, il faudra que la communauté prenne le dossier en main, croit Mgr Durocher. «Si la communauté croit au patrimoine, il est important qu'elle se dote de moyens d'assurer sa survie.»

Avec la baisse de la religion, il est plus difficile d'intéresser les gens à la sauvegarde du patrimoine religieux. S'il reconnaît cette situation, Mgr Durocher souligne qu'il existe un problème avec ce phénomène.

«Le Québec est dans une situation assez particulière. La plupart des édifices publics historiques appartenaient aux communautés religieuses.»

«Il faut qu'il y ait de la part de la société en général un mot d'ordre qui dit que nous voulons préserver ce patrimoine-là», conclut l'archevêque de Gatineau.

Émilie Pelletier Grenier,TC Média