Retour
Previous Next

Quand tout s'éclaire

Publié le : 2017-03-09 a 00h00 | Catégorie : Diocèse

QUAND TOUT S’ÉCLAIRE

Pendant des années les disciples ont suivi Jésus dans sa mission. Ils l’ont entendu parler du Père. Ils ont écouté ses paraboles, ses enseignements. Ils ont été témoins de l’attraction qu’il exerçait sur les gens par sa seule présence. Auprès de lui, ils ont beaucoup appris et savaient qu’il n’était pas comme les autres. Puis un jour, il prend avec lui Pierre, Jacques et Jean et les emmène sur une montagne. Alors, Matthieu nous dit qu’il est « transfiguré devant eux », que Moïse et Élie se tenaient près de lui. Une expérience hors du commun pour les trois disciples qui veulent que ce moment se prolonge. Alors la voix du Père dit : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le! » Quand les hommes qui étaient montés sur la montagne avec Jésus redescendent, ils ne sont plus les mêmes. Ce qu’ils ont vécu là-haut a tout changé. Ils ne verront plus Jésus de la même façon. Il en est de même pour nous quand nous sommes touchés par la lumière du Christ ressuscité. Nous sommes changés et notre regard change.

Comme tout le monde, nos vies sont facilement habitées par la déception, la tristesse et même la colère. Nous sommes tournés vers nous-mêmes et ce qui nous manque. Dans ces moments, nous peinons à voir la lumière. Nous l’étouffons avec tous nos problèmes et nous ne comprenons plus rien. Nous oublions d’ouvrir les yeux sur la lumière du Ressuscité et d’entendre les mots de Dieu dans nos vies. Nous sommes dans le noir.

Le temps du carême nous propose de faire un effort pour détourner notre regard de nous-mêmes et le tourner vers Dieu. Non seulement notre regard, mais notre cœur. C’est ainsi que nous pourrons voir cette lumière qui transforme notre façon de comprendre ce qui se passe dans nos vies, de le vivre d’une façon plus sereine et de nous laisser toucher par la lumière de Celui que le Père a reconnu comme son Fils bien-aimé. Cette lumière est parfois petite et vacillante, parfois comme un soleil ardent, mais elle est toujours là.

Alors, à notre tour, nous pourrons devenir lumière pour ceux et celles qui en ont besoin. Devenir pour ces personnes de petites lumières qui éclairent et annoncent la présence du Christ vivant aujourd’hui, dans notre monde.

 

Suzie Arsenault

Adjointe à la coordination pastorale