Saint Patrons

 
 
 
 
 

La bienheureuse Vierge Marie, Mère de l'Église

C’est le titre marial que Paul VI a proclamé à la fin du Concile Vatican II, le 21 novembre 1964. Par cet acte solennel du magistère suprême, le Pape voulait affirmer « la fonction maternelle que la Vierge exerce envers le peuple chrétien ». Il souhaitait ainsi, tel que l’a demandé le Concile, promouvoir la « piété filiale » de tous les membres de l’Église envers la mère de Jésus, qui nous fut donnée comme mère lorsque Jésus dit à Jean sur la croix : « Voici ta mère ».

Parfaite disciple de Jésus et incarnation vivante des Béatitudes, Marie est pour nous « un modèle achevé du disciple du Seigneur: artisan de la cité terrestre et temporelle, mais pèlerin qui se hâte vers la cité céleste et éternelle; promoteur de la justice qui délivre l'opprimé et de la charité qui porte secours aux nécessiteux, mais par-dessus tout, témoin actif de l'amour qui édifie le Christ dans nos coeurs. » (Paul VI, Marialis cultus, no 37).

Marie, Mère de l’Église, est la patronne de notre diocèse. Il a été décidé que sa célébration soit fixée au 11 octobre dans notre calendrier liturgique diocésain, même si cette date demeure un jour férié dans le calendrier universel. Un peu d’histoire peut aider à justifier ce choix.

En 1931, le pape Pie XI avait institué la fête de « La maternité divine de Marie » en commémoration du quinzième centenaire de l’ouverture du Concile d’Éphèse qui avait déclaré Marie, Mère de Dieu. Le Pape Jean XXIII a choisi cette même date pour ouvrir le Concile Vatican II en 1962, plaçant ainsi le Concile sous la protection de la Sainte Vierge.

En 1974, lors d’un réaménagement du calendrier liturgique de l’Église universelle, le Pape Paul VI a déplacé la fête de la maternité de Marie du 11 octobre au 1er janvier, sous le vocable « Marie, Mère de Dieu », renouant ainsi avec une antique tradition romaine.

En choisissant de fêter Marie, Mère de l’Église le 11 octobre, notre diocèse commémore l’ouverture du Concile Vatican II, tout en rappelant sa propre fondation durant ce même Concile, le 27 avril 1963. Marqué dès son origine par les grandes orientations de Vatican II, notre diocèse est dépositaire d’un trésor inaliénable et d’une source de vitalité sans cesse active. Marie nous ramène, par-delà toutes les questions de structures ou juridiques, à l’essence intime et essentielle de l’Église, car elle est notre mère dans l’ordre de la grâce, du lien avec Jésus, de la foi, de l’espérance et de l’amour.