Le sacrement de l’eucharistie

Première des communions - Communion aux malades - Adoration eucharistique - ADACE

 
 
 
 
 
 

Le Seigneur Jésus, se faisant pain rompu pour nous,

déverse sur nous toute sa miséricorde et son amour,

de manière à renouveler notre cœur, notre existence

et notre façon de nous mettre en relation avec Lui et avec nos frères.

C’est pourquoi communément, quand on s’approche de ce sacrement,

on dit « recevoir la communion », « faire la communion ».

(Pape François)

 

On dit communément « la messe » pour désigner le rite central de la liturgie catholique. On dit aussi « Eucharistie », mot tiré du grec qui veut dire « actions de grâces ». Parfois, on dit simplement « communion » qui, à la fois, désigne le geste de manger le pain consacré ainsi que le fruit de ce geste qui nous unit, dans l’Esprit Saint, au Seigneur Jésus et à nos frères et sœurs dans la communauté chrétienne.

Quel que soit le titre utilisé, ce grand sacrement rappelle le dernier repas de Jésus avec ses apôtres lorsque, le soir avant de mourir, il partagea le pain et le vin en leur disant que c’était son corps et son sang. Il les invita ensuite à répéter ce geste comme un mémorial du don de lui-même qu’il ferait le lendemain, sur la Croix. Notre messe n’est donc pas seulement une façon de nous rappeler ce que Jésus a fait; elle re-présente le grand geste d’amour qu’il fit sur la Croix, il le rend présent à nous aujourd’hui. C’est à juste titre dit de ce sacrement qu’il est « la source et le sommet de la vie et de la mission de l’Église ».

Normalement, on reçoit la communion à l’intérieur de la célébration de la messe, alors qu’on fait comme Jésus le soir avant de mourir : on prend le pain et le vin (la préparation des offrandes), on rend grâces (la prière eucharistique), on rompt le pain (l’Agneau de Dieu) et on le partage (la communion).

 

La première des communions prend un sens tout à fait spécial. Il s’agit de la première rencontre avec le Seigneur Jésus dans le Pain de Vie, de la première pleine participation à la célébration communautaire de l’Eucharistie.

 

Pour les grands enfants, les jeunes et les adultes qui demandent le baptême, la première communion sera intégrée avec la confirmation à la célébration de l’ensemble des sacrements de l’initiation chrétienne. La première communion marquera le sommet de cette célébration. Pour les jeunes et les adultes, vous trouverez de l’information sur le RICA ici. Pour les grands enfants, vous trouverez de l’information sur le RICE ici.

On invite ceux et celles qui ont été baptisés à la petite enfance à se présenter pour la première des communions dès l’âge de huit ans. La communauté chrétienne les aidera à s’y préparer en suivant une démarche catéchétique qui les ouvrira au sens de ce sacrement, en organisant une belle célébration festive et signifiante, en les invitant à faire de la célébration de l’Eucharistie une pratique courante dans leur vie. Pour plus d’information sur la première des communions pour les enfants, cliquez ici.

N.B. Il arrive de plus en plus souvent que des jeunes et des adultes, baptisés à la petite enfance, n’aient jamais complété leur initiation chrétienne en communiant pour la première fois. Normalement, cette première des communions sera intégrée à la célébration de la confirmation. En vous inscrivant à la confirmation, veuillez faire savoir aux responsables que vous désirez également faire votre première des communions. Pour plus d’information sur la confirmation des jeunes et des adultes, cliquez ici.

 

Parfois, on peut recevoir la communion à l’extérieur de la célébration, par exemple, dans le cadre d’une liturgie de la Parole le dimanche lorsqu’aucun prêtre n’est disponible pour présider l’Eucharistie. On s’organise alors en Assemblée dominicale en attente de célébration eucharistique (ADACE) pour écouter la Parole de Dieu et pour prier ensemble. Il se peut alors qu’on distribue la communion avec du pain consacré lors d’une autre messe. Pour plus d’information sur les ADACE, cliquez ici.

Parfois, on peut recevoir la communion chez soi ou à l’hôpital lorsque notre condition de vie ne nous permet pas de nous rendre à l’Église. Un prêtre, un diacre ou un ministre extraordinaire de la communion peut alors nous apporter l’Eucharistie. Il suffit d’en faire la demande. Pour recevoir la communion chez vous ou à l’hôpital, cliquez ici.

 

Enfin, une pratique spéciale de prière s’est développée au fil des siècles centrée sur le pain consacré. On appelle cette prière « l’adoration eucharistique ». Croyant que le Christ lui-même est présent dans ce pain consacré, des fidèles se rassemblent en sa présence pour le louer, le prier, lui demander pardon, le contempler. Une communauté religieuse est consacrée à ce service : les Servantes de Jésus-Marie. On peut se rendre à leur chapelle tous les jours de 7 h à 20 h pour prier avec elles en silence. Plusieurs paroisses organisent des temps réguliers d’adoration eucharistique. Communiquez avec votre paroisse pour plus d’information.